Comment gagner en sérénité quand on est maman

Comment gagner en sérénité quand on est maman

Depuis que je suis devenue maman, je fais face à un phénomène déroutant, et souvent désagréable…. Vous allez me dire peut-être : « ah oui je sais, le manque de sommeil !!!! » Oui, effectivement, ça aussi ! Et on en reparlera d’ailleurs ! Mais je voulais évoquer un autre phénomène paranormal que j’ai identifié. Un phénomène bizarre….

En discutant avec des amies mamans, je me suis d’ailleurs aperçue que je n’étais pas la seule à en être atteinte ! (Ouf ! A vrai dire, ça fait toujours du bien de ne pas se sentir seule dans la même situation !)

Il s’agit de « la dualité des sentiments ».

Houlala, kézako ?!!

Oui, j’ai remarqué que j’éprouvais très souvent des sentiments contraires en même temps !

Je vous explique…

Une dualité des émotions

Tout a commencé à la maternité, le lendemain de la naissance de ma fille, j’ai ressenti un grand bonheur, beaucoup d’amour, et en même temps une espèce de tristesse. Je me rappelle avoir pleuré sans savoir pourquoi, alors que très franchement tout allait bien ! Les hormones dit-on !

Ensuite, je me suis sentie exactement à ma place, en tant que maman et en même temps complètement perdue. J’étais la même, mais je sentais différente. Je me suis sentie importante et en même temps fragile.

Je ressentais aussi un énorme bonheur d’être tout simplement avec ma fille et en même temps quelques fois un peu d’agacement.

J’éprouvais une grande confiance dans la maman que je suis et en même temps des tas et des tas de questions sur tout et n’importe quoi me prenaient la tête !

J’ai aussi ressenti une grande joie à partager des moments avec ma fille et être soulagée lorsque je pouvais la confier à la nounou (oups je l’ai dit).

Lorsque je me suis séparée d’elle pour la première fois pour plus de 24h, j’éprouvais un manque, de la culpabilité, un peu de tristesse et en même temps, je me suis sentie à nouveau libre ! Libre d’agir comme avant sans avoir l’esprit constamment pris. En en toute franchise, ça m’a fait du bien ! Même en éprouvant ces sentiments, j’avais hâte et j’étais très contente de la retrouver. Et lorsque ça a été le cas, j’étais tellement heureuse !

J’avoue que c’est assez déroutant d’éprouver tout ça, c’était nouveau et parfois c’était inconfortable.

Par-dessus le marché, en plus de ça, il y avait cette bonne vieille culpabilité qui œuvrait en arrière-plan comme une ombre. Cette culpabilité qui est prête à nous accaparer notre peu d’énergie restante, déjà qu’il faut bien l’avouer il ne nous reste pas grand-chose, faut bien le dire….

Oui, cette culpabilité de ressentir certaines émotions, cette culpabilité à se dire que l’on ne fait peut-être pas bien les choses, qu’on devrait faire ceci et cela, ….blablabla… Ya de quoi devenir zinzin !

Apprendre à être un parent parfaitement imparfait !

Et puis, après tout, pourquoi devoir ressentir que des émotions agréables ?

En tant que maman, c’est fou la pression que l’on peut se mettre !

L’image de la mère parfaite est encore bien ancrée et nous mène la vie tellement dure.

Alors, et si nous apprenions à accepter d’être un parent parfaitement imparfait !

Ne devrions-nous pas nous traiter avec plus de bienveillance ? Et si nous accueillons tout ça, comme quelque chose de naturel ? La maternité est une expérience en tant que tel. Elle nous emmène sur des chemins inexplorés et l’on apprend sans cesse !

Pour gagner en sérénité, j’ai donc appris à accepter le « ET » au lieu du « OU ». J’ai appris à accepter d’éprouver des sentiments contraires.

Et si nous pouvons éprouver de la joie d’être avec nos enfants MAIS AUSSI de la joie lorsque nous nous retrouvons seules ?

Oui, être maman c’est beaucoup de bonheur, beaucoup d’amour, et c’est aussi parfois des difficultés. Oui, on a le droit d’être au bout du rouleau ! Oui, on a le droit de vouloir se retrouver entre copines, pour parler de choses de la vie autour d’un bon verre sans culpabiliser !

être maman c’est beaucoup de bonheur, beaucoup d’amour, et c’est aussi parfois des difficultés.

Oui, nous aussi, on a le droit de faire semblant de dormir alors que notre enfant pleure pour la 5ème fois de la semaine à 3h du mat’, tout en donnant un petit coup discret à notre conjoint qui lui dort à poing fermé juste à côté de nous bien sûr (le gouja !), parce qu’on est dévastée par la fatigue et qu’à plus de 18 mois, ça lui arrive encore de hurler « maaaaamann !!!! » en pleine nuit !

Oui, on a aussi le droit d’avoir hâte que nos enfants aillent à la sieste, pas qu’ils sont fatigués mais parce-que nous le sommes !

Pour gagner en sérénité, il faut tout simplement apprendre à se libérer de l’image de la mère parfaite qui nous colle aux baskets. Accepter nos faiblesses, accepter notre imperfection, finalement nous accepter, car nous sommes humaines.

Pour gagner en sérénité, il faut tout simplement apprendre à se libérer de l’image de la mère parfaite qui nous colle aux baskets.

Les personnes qui ont lu cet article on aussi lu : Stress : 4 exercices de sophrologie super efficaces !

Franchement, ça fait un bien fou !

Se donner de l’amour

Je n’ai aucun doute sur l’amour que vous donnez à vos enfants. Toutes les mamans qui me consulte en ont à foison ! Souvent, lorsque je constate la façon dont elle se juge, je leur pose une question très simple qui fait souvent beaucoup réfléchir. Cette question, je vous l’a pose :

“Vous donnez-vous autant d’amour qu’aux autres ?”

Prenez quelques instants pour bien y réfléchir. S’aimer tel que l’on est, est la clef de la sérénité. Si vous avez répondu “non” à la question précédente, je vous invite à vous donner autant d’amour inconditionnel qu’à vos enfants. Je vous encourage à vous traiter avec autant de bienveillance que vous le feriez avec votre meilleure amie !

Pour finir, je vous laisse méditer sur une citation :

“L’amour est absence de jugement”

Dalaï Lama

Alors, aimez-vous et cessez de vous juger !

Et vous, approuvez-vous des émotions qui semble contraire ? Eprouvez-vous de la culpabilité ?

Quelles sont vos techniques pour être plus sereine ?

Laisser un commentaire